Acouphènes : Les Solutions Pour En Venir À Bout!

comment-soigner-acouphene

Depuis quelque temps, ou depuis trop longtemps, vous avez des acouphènes dans les oreilles : acouphène qui dure, qui augmente, le soir ou la nuit… Ces perturbations vous gênent peut-être même en permanence. Une vraie plaie au quotidien qui affecte environ 10% de la population, hommes et femmes confondus. En France, 8 millions de personnes sont concernées. Ce n’est pas rien! Si la plupart des gens qui ont des acouphènes ne sont pas gênés réellement dans leur quotidien, pour d’autres, c’est toute leur vie qui est impactée. Comment reconnaître si j’ai un acouphène? Comment se débarrasser des acouphènes? Quels remèdes? Peut-on vraiment guérir? Quelles solutions pour les soulager ? La plupart du temps, ils sont bénins et temporaires et des solutions existent pour les soulager. Voici nos conseils pour vous aider à choisir la solution la plus adaptée pour vous.

 

Qu’est-ce qu’un acouphène précisément?

 

Pour vous aider à le reconnaître, peut-être avez-vous ce type d’impressions : son d’une bouilloire qui siffle, léger fond sonore permanent, sifflement, tintement, bruit de fond incessant qui résonne dans la tête, petits battements comme des battements de cœur, bourdonnements, grincement, chuintement, cliquetis, bruit sourd ou autres bruits fantômes plus ou moins fréquents… Ce son, désagréable à l’oreille, est interne, à savoir que vous êtes seul à l’entendre. Pourtant, vous n’êtes pas fou rassurez-vous, ces perturbations sonores sont une perception de l’oreille (ou des deux oreilles) sans qu’aucun bruit ne soit émis à l’extérieur. Ne cherchez plus, c’est bien un acouphène. Cela signifie qu’un changement se produit au sein de votre conduit auditif.    

acouphene-surdite

Les causes des acouphènes

 

Les acouphènes ont plusieurs facteurs : externes, liés à l’âge ou en lien avec une pathologie. On parle d’acouphènes subjectifs.

  • Le traumatisme acoustique répété (traumatisme sonore dû à une exposition à de trop forts décibels trop longtemps): trop de concerts et festivals coup sur coup en tant que spectateur ou professionnel, écoute prolongée de musique beaucoup trop forte dans les écouteurs… Sanction immédiate. C’est le traumatisme auditif.
  • L’âge, le vieillissement et la baisse normale de l’audition qui l’accompagne : on parle alors de presbyacousie. Cela concerne généralement les personnes de plus de 50 ans. Cela s’accentue encore avec l’âge puisqu’en moyenne, les plus de 65 ans perdent 0,5 décibel par an, et cela s’élève à 1 décibel à partir de 75 ans. Une baisse de capital auditif normale au fil des ans.
  • Des maladies ou infections de type (dans ce cas ils apparaissent comme des symptômes) : otite aigüe ou inflammation chronique de l’oreille, otospongiose (dégénérescence des osselets de l’oreille moyenne pouvant entraîner la surdité), Maladie de Ménière (augmentation de la pression dans le labyrinthe pouvant entraîner nausées, vomissements et vertiges…), atteinte de l’oreille interne ou du nerf auditif…
  • Le choc émotionnel
  • L’hyperacousie (hypersensibilité et intolérance aux bruits) :
  • La prise de médicaments
  • Mauvaise décompression en plongée
  • La formation d’un bouchon de cérumen dans l’oreille : dans ce cas il faut enlever le bouchon de cérumen

Les autres acouphènes, dits acouphènes objectifs, sont très rares et évoquent un bruit d’un organe interne (par exemple le bruit du sang qui pulse dans un vaisseau). Ils sont souvent liés à des anomalies.

À noter : les fumeurs ou les personnes souffrant d’hypertension seraient plus sujets à souffrir d’acouphène.

acouphene-dormir

L’impact des acouphènes dans la vie de tous les jours

 

Les acouphènes peuvent être extrêmement gênants lorsqu’ils sont permanents ou très répétitifs. Cela dépend de chacun donc et de la fréquence. Les effets les plus communément constatés sont :

  • La difficulté d’endormissement
  • L’insomnie et les troubles du sommeil
  • La fatigue auditive, les maux de tête
  • La difficulté de concentration due au bruit permanent
  • Dans les cas les plus graves, l’anxiété et la dépression

Les personnes concernées le savent : à plus long terme, si les acouphènes persistent, le risque est un repli sur soi, un repli social qui s’amplifie, dû au fait que participer à des événements, réunions entre amis ou en famille provoque trop de bruit, et trop d’inconfort. Des « effets secondaires » en quelque sorte qui impactent la sociabilité. N’attendez pas pour prendre en charge vos acouphènes au risque de les voir s’aggraver!

acouphene-perte-auditive

Que faire en cas d’acouphène?

 

Bien que la plupart du temps les acouphènes soient temporaires et bénins, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant pour avoir son avis car pour soigner l’acouphène, en connaître la cause est en effet primordial. Votre spécialiste pourra vous orienter pour un bon traitement des acouphènes. Par exemple, selon les cas, vers l’extraction de bouchons de cérumen, la destruction d’un neurinome ou la mise en place d’une prothèse d’osselet. Le plus généralement, l’acouphène n’est pas signe de quelque chose de grave. Mais au moins vous en aurez le cœur net et pourrez bénéficier d’un bilan auditif et d’un diagnostic complet par exemple chez l’ORL (oto-rhino-laryngologiste). Un bilan complet peut permettre notamment de :

  • Faire une analyse et un diagnostic de l’acouphène : ancienneté, origine, évolution, degré de gêne, fréquences, etc.
  • Réaliser éventuellement un audiogramme pour faire un bilan de l’audition et déceler une éventuelle perte auditive, réalisation d’une audiométrie vocale, d’une tympanométrie (on ausculte les tympans), parfois même un IRM.
  • Déterminer le traitement éventuel nécessaire

vertige-acouphene

Sachez toutefois que les acouphènes ont tendance à diminuer avec le temps, et qu’un phénomène d’acclimatation se produit. L’oreille, de plus en plus habituée, tolère de mieux en mieux le bruit par processus d’habituation. Cela peut prendre, selon chacun, quelques mois ou quelques années. 

Pour ne pas accentuer l’acouphène, et le mettre de plus en plus à distance, voici ce que vous pouvez faire :

  • Port de protection ou de casque anti-bruit en cas de sorties impliquant une forte exposition au bruit type concert
  • Mettre des musiques de fond ou d’ambiance pour éviter le silence complet
  • Éviter la prise d’alcool qui peut accentuer les effets des acouphènes
  • Tournez-vous vers des techniques de relaxation ou sophrologie pour mieux mettre à distance vos acouphènes et les oublier

 

Réduire les acouphènes avec la sophrologie

Les séances de sophrologie aident à contrôler les acouphènes et le bourdonnement d’oreille : en moyenne, sur une dizaine de séances avec un sophrologue, on peut apprendre à se relâcher et à faire les mêmes exercices ensuite chez soi à la maison. Pour plus d’informations vous pouvez consulter l’ouvrage Sophrologie et Acouphène de Catherine Aliotta  qui vous explique cette technique de respiration qui aide à soulager les acouphènes. 

Réduire les acouphènes avec l’hypnose

Cette technique de thérapie brève peut aider à jouer sur les paramètres de l’acouphène s’il ne s’agit pas d’une cause pathologique. Le but : diminuer la présence sonore, placer du mouvement dans la présence sonore en déplaçant le son, en atténuant le son jusqu’à son arrêt. Le bruit apparaît, s’intensifie, diminue, disparaît… Cela permet d’agir aussi sur le stress.

Bon à savoir : d’autres thérapies cognitivo-comportementales (TCC) ont prouvé leur efficacité pour réduire la gêne des acouphènes, telles que : la relaxation, le Taï Chi, la méditation, ou d’autres disciplines telles que l’ostéopathie, la kinésithérapie ou l’acupuncture.

solution-contre-acouphene

Réduire les acouphènes grâce à la bougie d’oreille

La technique de la bougie d’oreille, qui vous permet d’enlever un bouchon de cérumen mais aussi d’entretenir la bonne hygiène de vos oreilles, apporte un grand (ré)confort et se montre particulièrement efficace aussi dans la réduction des acouphènes. Une méthode parfois vue comme un remède de grand-mère mais qui apporte d’excellents résultats. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin pour savoir si c’est bien adapté pour vous selon la cause de vos acouphènes. Le fonctionnement est simple. Plusieurs séances de bougie d’oreille sont recommandées. Les bougies d’oreille sont utilisées depuis plusieurs milliers années dans diverses régions du monde. Elles se présentent sous la forme d’un cône de cire (par exemple, en cire d’abeille), et étaient à l’époque faite de verre ou d’argile. Les étapes pour bien utiliser une bougie d’oreille sont les suivantes ; veillez à bien les suivre conformément à la notice d’utilisation :

  • Protéger vos cheveux et votre support de tête
  • Placer la bougie auriculaire à l’entrée du canal auditif, tête penchée sur le côté
  • Allumer la bougie par le haut et attendre qu’elle se consume : nous conseillons de vous faire aider pour cette étape. Le faire à deux est plus simple.
  • La bougie agit sur les points d’acupuncture de l’oreille et diffuse de l’énergie dans tout le corps et agit comme par aspiration
  • Arrivée à la fin, la bougie a récupéré les impuretés et libéré l’oreille. Il suffit de nettoyer un peu pour enlever les derniers résidus.

À la première séance, les bourdonnements d’oreille peuvent sembler renforcés, le temps que les bougies agissent que première fois. Puis cela diminue petit à petit jusqu’à réduire significativement les sons désagréables et parasites.

Pour vous procurer des bougies d’oreille, vous pouvez en trouver, souvent par 2, dans de nombreux magasins bio ou spécialisés comme Naturalia. Dans notre boutique, nous avons sélectionné BougieClean, des bougies auriculaires en cire d’abeille, en composition naturelle et écologique, par 10, afin de pouvoir renouveler l’opération à plusieurs reprises. Un moment de détente et de relaxation directement chez vous. 

acouphene-depression

Soulager les acouphènes grâce à la prothèse auditive

Dans le cas où votre acouphène n’a pas pour origine une cause pathologique ou infectieuse qui aurait été détectée par votre médecin ORL, les appareils auditifs ou aides auditives sont une bonne solution pour diminuer la gêne. En effet, l’appareil auditif corrige la perte d’audition qui peut être responsable de l’acouphène. Résultat : moins de gêne, moins de sifflements ou de bourdonnement dans les oreilles. Une solution qui apporte de très bons résultats. Pour trouver un bon appareil auditif adapté à vos besoins, vous pouvez vous tourner vers un audioprothésiste qui pourra aussi vous proposer des appareils classiques ou plus spécifiques comme les masqueurs d’acouphènes. Une technologie longue sous forme de thérapie sonore mais qui offrent de bons résultats et permettent de s’habituer au bruit tout en l’atténuant.

Acouphène et homéopathie

On le sait moins, mais pour les adeptes de l’homéopathie, des solutions existent pour soulager les crises d’acouphène. Votre médecin homéopathe pourra vous prescrire des granules adaptées selon le type de gène, par exemple :

  • Actaea racemosa 9 CH : pour des acouphènes associés à une difficulté à supporter le bruit environnant.
  • Chininum sulfuricum 9 CH : en cas de bourdonnements d’oreille récurrents.
  • Hydrastis 5 CH : acouphènes associés à une congestion de la sphère ORL avec sécrétions épaisses.
  • Glutamicum acidum 3 DH : traitement de fond pour limiter la crise d’acouphènes.

 

Les oreilles, il faut les préserver! N’hésitez pas à adopter une hygiène irréprochable également pour une bonne santé, à bien laver vos oreilles sans coton-tige notamment en utilisant de préférence un petit mouchoir entortillé et humidifié, avec délicatesse, tous les 10 jours. Bien entendu, demandez toujours un avis médical et consultez toujours votre médecin en cas de doute.